Cheikh Anta Diop : 29 DÉCEMBRE 1923-29 DÉCEMBRE 2021

29 DÉCEMBRE 1923–29 DÉCEMBRE 2021

SEEX ANTA JÓOB, LA BIBLIOTHÈQUE LIBÉRATRICE PEINE JUSQU’ICI À FAIRE DÉCOUVRIR SES OEUVRES AUX TÊTUS ET CHRONIQUES ALIÉNÉS DÉSIREUX MÊME DE RESTER SOUS CETTE TUTELLE ÉTERNELLE

ALIÉNATION : SERVITUDE DES NATIONS
NON-ALIÉNATION : LIBÉRATION EFFECTIVE DES POPULATIONS

DÉBUT D’UNE INCONSCIENCE HISTORIQUE : FIN D’UN AVENIR PATHÉTIQUE
DÉBUT D’UNE CONSCIENCE HISTORIQUE : L’ESPOIR D’UN DESTIN MAGIQUE

INCONSCIENCE #HISTORIQUE DONC ALIÉNATION CHRONIQUE, ENSUITE NÉGATION DRASTIQUE

SEEX ANTA JÓOB A RÉUSSI LA RÉCONCILIATION DE TOUTES LES AFRICAINES NATIONS APRÈS SON REFUS, SA LIBÉRATION DE LA PRISON DE L’ALIÉNATION BÂTIE PAR L’ENTREPRISE COLONIALE QUI LIVRE UNE DANGEREUSE ET HONTEUSE FORMATION ; LA NÉGATION

Négation de soi, exaltation de l’autre, tel est le but qu’à toujours visé l’enseignement Occidental d’un noir barbare sans conscience, d’un monde noir sans histoire, d’une Afrique perdue sans civilisation ni raison. Il fallait donc au préalable formater l’esprit de l’africain à travers des méthodes dites,”civilisation, colonisation, esclavage entre autres… avec des programmes qui rendaient aveugles, qui déclenchaient un renoncement de soi, qui encourageaient le refus et le rejet de tout ce qui est africain autour de soi. L’Oxydent avait découvert que pour dominer un peuple, il faut le connaître de fond en comble, il faut le fréquenter, il faut faire semblant de l’aider, il faut connaître parfaitement son histoire afin de la censurer et d’étudier merveilleusement
sa géographie afin de la découper. Aussi, il faut lui forcer la consommation de la dangereuse pilule, la négation, une fois que ce peuple renonce à tout et n’a plus envie de rester lui-même et de devenir sa meilleure version, il est maintenant possible de s’asseoir sur l’esprit de ce peuple au summum de l’aliénation et de le contrôler comme une bête de somme, vers n’importe quelle direction. L’aliénation était la porte d’entrée de l’Occident en Afrique, la non-aliénation devrait être la porte de sortie de l’Afrique sur l’Occident. La libération de l’Afrique est dans la compréhension du mot, aliénation. Aliénation, ce mot qui ne signifie pas, Allier les nations, mais : aliter les autres nations, plonger dans un sommeil profond, faire dormir ceux qui lient nos nations, faire taire ceux qui ont lu et découvert l’histoire dans sa meilleure version, pour un seul résultat, bloquer d’une manière effective, l’esprit donc la compréhension. Comme nous le savons, qui tient l’esprit d’une personne contrôle ses mécanismes de réflexion. L’Occident n’a jamais laissé sa manette tombée, l’africain aliéné n’a jamais refusé d’être un joueur qui se laisse manipuler.

Pour redonner âme(vie) à une Afrique morte, pour réécrire une histoire vraie de cette sorte, pour se libérer et faire libérer ce pays africain qui était victime d’une falsification honteuse de son histoire forte, Cheikh Anta, en tant que savant a mis une croix sur cette négation en appuyant, non sur le bouton de l’exaltation du monde noir ou de l’africain, mais en se plongeant dans l’océan de la réflexion, de la prise conscience après avoir passé par l’ultime issue, le <<fonctionnement de son cerveau>> qui a abouti à <<une connaissance directe>> qui permet de dépasser le stade de <<flottement>> et de <<somnambulisme.>>
Cheikh Anta Jòob devrait à travers ses interminables interrogations, trouver des réponses à ses questions, non sur la base d’un <<mensonge>> ou d’une <<idéologie>>, mais sur la base d’une recherche scientifique rigoureusement menée, en toute objectivité. La seule différence entre Cheikh Anta et les chercheurs occidentaux, c’était , l’hypothèse de début sans encore une fin et le résultat de la fin tout au début. Si les occidentaux, avant même le commencement de leur exercice de réflexion ont eu, au préalable, des résultats avant recherches, Cheikh Anta, lui , se limitait à une simple hypothèse qui ne révélait encore aucun résultat. Mais, il était convaincu que chaque peuple doit être capable de mener sa propre destinée intellectuelle et de trouver des vérités sur la base de recherche en toute objectivité. <<Moi, si je n’étais pas intimement persuadé de l’égalité des races, si je n’étais pas intimement persuadé, de la capacité de chaque race de mener sa destinée intellectuelle et culturelle, mais, je serais déçu, que ferions-nous dans le monde ! questionnait intérieurement le professeur. S’adressant aux peuples de tous les continents du monde, Cheikh Anta disait, <<IL NE S’AGIT DE SE CRÉER, DE TOUTES PIÈCES, UNE HISTOIRE PLUS BELLE QUE CELLE DES AUTRES, DE MANIÈRE À DOPER MORALEMENT LE PEUPLE PENDANT LA PÉRIODE DE LUTTE POUR L’INDÉPENDANCE, MAIS DE PARTIR DE CETTE IDÉE ÉVIDENTE QUE CHAQUE PEUPLE A UNE HISTOIRE.>>
Les idéologues occidentaux qui nourrissaient un complexe de supériorité avaient dès le début des vérités stagnantes de départ qui étaient immuables, peu importe les résultats qu’ils obtiendront après de leur recherche. Cheikh Anta, étant de bonne foi, avait refusé de trahir la science dans son application, en suivant sa raison au profit de ses émotions. Ainsi, il continuera ses recherches jusqu’aux résultats inattendus d’une Afrique mère de tous les continents et de toutes les grandes civilisations, la Grèce y comprise. Des résultats qui ont surpris même son propre chercheur, parce que comme nous le savons, Cheikh Anta Jòob n’avait jamais imaginé de tomber sur l’Égypte, même dans les coins les plus reculés de son imagination, <<CE QUI M’INTÉRESSAIT, C’ÉTAIT DE RETROUVER CE CHEMIN HUMBLE QUI ME CONDUIRAIT À NOS ANCÊTRES LES PLUS LOINTAIN. LORSQUE POUR LA PREMIÈRE FOIS, JE SUIS TOMBÉ SUR L’AFRIQUE, JE NE CHERCHAIS NULLEMENT À ABOUTIR À UNE CIVILISATION GRANDIOSE. QUAND JE SUIS TOMBÉ SUR L’ÉGYPTE, J’ÉTAIS GÊNÉ, C’EST LE FIL CONDUCTEUR, C’EST LA CONTINUITÉ, C’EST LA RESTAURATION DE LA CONSCIENCE HISTORIQUE QUI M’INTÉRESSAIT ,C’EST CETTE CONSCIENCE HISTORIQUE QUI EST LE CIMENT QUI RÉUNIT LES INDIVIDUS D’UN PEUPLE, QUI FAIT QUE UN PEUPLE N’EST PAS UNE POPULATION, UN AGRÉGAT D’INDIVIDUS SANS LIEN>>. Le début de son grand commencement, Cheikh Anta découvre heureusement une Égypte noire perdue dans la nuit des temps. Son hypothèse confirmée, son esprit libéré, sa mentalité décolonisée, Cheikh Anta, comme tout bon scientifique prolongera ses recherches pour comprendre maintenant, ce qui a conduit à l’effacement et à la falsification de cette brillante histoire. Après le rétablissement de cette vérité historique, cette bombe qui a quasiment changé la marche de l’humanité, il fallait rebâtir la conscience de l’homme, surtout celle de l’homme noir, perdue, pour le protéger désormais, contre toute attaque qui empêche ou retarde son processus de réintégration urgente à travers le concours à la personnalité collective. De ce fait, cette personnalité collective qui signifie pour le professeur, << L’IDENTITÉ CULTURELLE D’UN PEUPLE>> a trois composantes. Le premier est le << FACTEUR HISTORIQUE >> qui est << L’ARME CULTURELLE LA PLUS PUISSANTE DONT PUISSE SE DOTER UN PEUPLE >>, il permet le passage de << L’ÉTAPE DE SIMPLE INDIVIDU À UNE PERSONNALITÉ PLEINE ET ENTIÈRE>>, et selon Cheikh Anta Jòob, << UN PEUPLE QUI N’A PAS DE CONSCIENCE HISTORIQUE DEMEURE UNE POPULATION>>.Le << FACTEUR LINGUISTIQUE>> est le deuxième, parce que pour lui, << L’UNITÉ LINGUISTIQUE DOMINE TOUTE LA VIE NATIONALE. SANS ELLE, L’UNITÉ NATIONALE ET CULTURELLE N’EST QU’ILLUSOIRE>>, << AUCUN PEUPLE NE PEUT SE DÉVELOPPER AVEC UNE LANGUE ÉTRANGÈRE.>> L’aliénation linguistique est tellement chronique que même la plupart des illettrés en français préfèrent détruire la langue française que de parler leur langue nationale.>> Pourtant nos langues nationales sont aussi puissantes et capables comme toutes les autres langues existantes dans ce monde pour l’enseignement de n’importe quel domaine du savoir. Cheikh Anta a fait la démonstration, en expliquant le grand retard qu’accusent les enfant africains dans l’acquisition de la connaissance et cette rupture complète avec le réel. On apprend mieux dans sa langue maternelle parce qu’il y a un accord incontestable entre le génie d’une langue et la mentalité du peuple qui la parle, il disait. Comme le français, comme l’anglais, comme l’Espagnol, nos langues locales ont aussi la même capacité que ces dernières. La langue ouolof, par exemple, a la capacité de traduire tous les concepts mathématiques, chimiques ou philosophiques, enseigne le professeur Cheikh Anta. L’exemple de ces phrases en seront une parfaite illustration << LES RAYONS CATHODIQUES SONT LES TRAJECTOIRES DES CHARGES ÉLECTRIQUE EN MOUVEMENT : CEENEER WATALYI MOOY SAAWOOY SEF MBEDEL YIY JALAXU.
Puissance d’ un point par rapport à un cercle : kattan nug tomb jublu ci mbege.
Réduction de l’équation du second degré : folet yamalel ñaarel bi aj.
Victime d’une aliénation chronique, je faisais partie de cette longue et interminable liste de personnes qui disaient que le Ouolof n’est pas une langue, jusqu’au jour où, j’ai rencontré Cheikh Anta Jòob pour arrêter de chanter et de rompre définitivement avec la fameuse “Hymne Nationale” qui n’est rien d’autre que << ouolof du laakk>>. C’est cette même aliénation linguistique qui est à l’origine de notre éblouissement quand quelqu’un parle vachement la langue française. On apprécie donc une personne qui parle une langue étrangère par rapport aux choix de ses mots utilisés pour construire des phrases agréables à l’oreille, en fermant nos yeux sur la pertinence ou pas des idées qui se trouvent au fin fond de ses phrases. Raconter des balivernes en utilisant de gros mots captivants devant un esprit aliéné, il sera toujours plus concentré et plus à genoux devant vous, pire, cet aliéné renoncera à sa personne et commencera à douter désormais de ses capacités intellectuelles.
Le FACTEUR PYCHOLOGIQUE est le troisième, généralement appelé << TEMPÉRAMENT NATIONAL” qui exprime << les vertus d’un peuple que laissent voir la littérature et la poésie.>> <<Les traits psychiques des Noirs ont été dressés de manière caricaturale par des auteurs occidentaux tels que Galien et plus tard Arthur de Gobineau, qui percevaient en eux, des êtres inférieurs, dénués d’intelligence mais emplis de sensibilité artistique.>> Ces fausses caricatures ont profondément détruit la psychologie de l’homme noir jusqu’à ce que certains intellectuels africains comme Senghor et Aimé Césaire ont fini même par avouer leur infériorité devant un blanc qui n’avait qu’une seule envie : détruire pour se construire. Senghor, sans arguments, sous l’influence d’auteurs malhonnêtes, dira ensuite sa fameuse citation devenue aujourd’hui une chanson pour les enfants africains << L’ÉMOTION EST NÉGRE COMME LA RAISON helléne>>, CÉSAIRE S’ÉCRIA<<…CE QUI N’ONT EXPLORÉ NI LES MERS NI LE CIEL…>> Avec ces attaques et cette fausse influence qui nous rendent incapables jusqu’ici, il n’y a que la PRISE DE CONSCIENCE suivie d’une RENAISSANCE qui pourra définitivement changer la donne. Si Cheikh Anta en 1948 dans son premier article a choisi de parler de RENAISSANCE cela veut dire que la plus grande partie du devenir de l’Afrique est entre ce mot et aussi entre les mains de sa jeunesse. Il a brisé très tôt cette philosophie déraisonnable qui consistait à priver les jeunes africains de leur capacité d’initiative, faisant la grande leçon qui enseignait que la maturité n’a pas d’âge, en prenant la parole à l’âge de 25 ans pour porter avec courage sur ses épaules le poids de tout un continent, en écrivant son article qui a déjoué les plans du rêve occidental d’une Afrique morte à jamais. <<Quand pourra-t-on parler d’une renaissance africaine? >> Cheikh Anta avait titré son article sous forme de question. Alors qu’il avait déjà commencé sa renaissance. Renaissance, parce qu’il y va de notre intérêt, notre existence, notre destin, notre survie, notre libération définitive, tout est dans ce mot. Renaissance, parce qu’il n’y a pas autre chose plus urgente. Renaissance africaine, parce que l’Afrique semble abandonner ses ancêtres, ses langues, ses inventions, sa culture, sa civilisation ect. Il fallait réécrire en toute rigueur avec objectivité, cette histoire perdue, falsifiée, censurée, pour permettre à tout un continent de ressusciter et de retrouver ses points les plus communs. Cette façon de retracer l’histoire devrait obéir à des méthodes très scientifiques et très techniques pour rester le plus objectif possible pour prévoir toutes les critiques qui viendront après résultat de ses recherches. Plus clair, celui qui a eu l’audace et le courage de falsifier toute une histoire, aura beaucoup plus d’engagement et de détermination pour faire perdurer ses contre-vérités sans renoncement aucun. Renaissance, parce que sans la découverte de notre histoire réelle, il n’y a point d’issu possible pour le continent africain, point de solutions, point de développement. Conscient de sa tâche lourde et son engagement pour faire revivre un continent dans un coma profond, Cheikh Anta devrait embrasser la quasi-totalité des disciplines pour réussir l’impossible. Nous pouvons noter que le professeur a posé toutes les questions possibles et à apporter toutes les réponses que l’occupant nous cachait, il a donc fait tout le travail en nous demandant nous africains surtout Cheikhantaïste la simple tâche de travailler son même travail, c’est-à-dire de faire comme lui. De travailler sur son travail, autrement dit de bouffer jusqu’à la moindre virgule toute sa production intellectuelle, afin de faire travailler et son travail, c’est-à-dire de faire comprendre toute son œuvre, après compréhension, aux générations futures.SEEXANTANEDOITMOURIRDEUXFOIS

LAMIN AL’AMIIN JÓOB

error: Content is protected !!