Raisonnement scientifique /Régulation de la glycémie

Voici un certain nombre de données relevées chez des personnes en bonne santé.

1. Au cours d’un jeûne de quelques jours, la concentration plasmatique de glucose (=glycémie) se maintient aux environs de 0,7 – 0,8 g/l.

2. Pour assurer ses besoins énergétiques, le cerveau doit recevoir obligatoirement du glucose.

3. Le foie est le seul organe capable de produire du glucose à partir de substances non glucidiques : c’est la néoglucogenèse.

4. La sécrétion d’insuline par les cellules β du pancréas cesse dès que la concentration plasmatique du glucose est inférieure à 0,6 g/l ; celle du glucagon par les cellules α augmente lorsque la glycémie baisse.

5. L’insuline agit sur le foie en inhibant la glycogénolyse et la néoglucogenèse. Elle agit sur le tissu adipeux en favorisant la synthèse de triglycérides.

6. Le glucagon agit sur le foie en activant la glycogénolyse et la néoglucogenèse. Il n’agit pas sur les tissus.

En utilisant toutes ces informations et elles seules :      

– mettez en évidence l’existence d’un mécanisme régulateur de la glycémie.

– indiquez les différents éléments intervenant dans cette régulation ainsi que leurs rôles.

 

Correction

–          Les 2 premières observations montrent l’existence d’une régulation de la glycémie. En effet, malgré l’absence d’apport de glucose (lors du jeûne) et une consommation permanente  (par le cerveau par exemple), la glycémie ne descend pas en dessous de 0,7g/L. Cela témoigne d’une correction de la baisse de la glycémie par une production de glucose.

Par ailleurs, l’activation ou l’inhibition de la glycogénolyse et de la néoglucogenèse  et la synthèse de triglycérides (observations 3 ; 5 et 6) permettent au foie d’une part de combler un éventuel déficit de glucose et au tissu adipeux d’autre part de stocker  son excédant.

 

–          Les différents éléments intervenant dans la régulation : le pancréas détecte les variations de la glycémie et sécrète de l’insuline ou du glucagon, molécules informatrices qui agissent sur les effecteurs que sont le foie et le tissu adipeux. L’insuline, sécrétée lors d’une hausse de la glycémie, agit sur le foie en empêchant la production de glucose  et sur le tissu adipeux  où elle favorise son stockage. Le glucagon stimule la production de glucose par le foie pour corriger une baisse de la glycémie.

error: Content is protected !!